Qu’est-ce qu’une franchise ?

Qu’est-ce qu’une franchise ?

4/5 - (3 votes)

La franchise est un concept né vers les années 1930 aux Etats-Unis. Pratique, à l’origine confidentielle, elle a fini par sortir de l’ombre et a réussi à conquérir le monde. Il faut dire que ce modèle économique est aujourd’hui de plus en plus sollicité. En quoi consiste-t-il réellement et quels avantages peut-on gagner en devenant franchiseur ou franchisé ?

Qu’est-ce que la franchise d’une entreprise ?

Pour une entreprise donnée, la franchise consiste à développer un réseau de points de vente autour de sa marque, de son savoir-faire ou de son concept professionnel. L’entreprise à l’origine de ce réseau est appelée franchiseur ou pilote.

Quel genre d’entreprise peut devenir franchiseur ?

Toutes les entreprises peuvent décider de franchiser ses activités. Toutefois, tous les franchiseurs ne réussissent pas forcément à briller dans ce projet. La condition essentielle est d’avoir réussi à développer un concept original qui permet de se démarquer de la concurrence, financièrement rentable et duplicable.

Comment une entreprise peut devenir franchiseur ?

Avant de devenir franchiseur, l’entreprise doit d’abord acquérir une notoriété forte et une image de marque bien ancrée auprès de la clientèle. Autrement dit, ne devient pas franchiseur toute entreprise lambda récemment créée ou implantée depuis longtemps sur le secteur.

Elle doit ensuite disposer d’au moins, un point de vente pilote au niveau duquel elle a développé ses activités. Ce point de vente pilote doit définir ses valeurs, sa raison d’être et son identité visuelle. Il doit afficher la charte graphique globale de l’entreprise (couleurs, styles, aménagement …) et porter son logo. Au-delà du design du magasin, les services doivent refléter les valeurs chères à l’entreprise et définir sa politique professionnelle.

Par conséquent, un projet de franchise ne peut réussir que lorsque l’entreprise aura acquis une réputation forte et une identité visuelle précise auprès des consommateurs. Dès lors que les clients réussissent à vous identifier rien qu’en voyant vos couleurs, à travers le style et les services de votre point de vente et ce, en l’absence de votre logo ou de campagnes publicitaires s’y référant, vous pouvez déjà vous féliciter d’être connu dans votre domaine. C’est sur cette base-là qu’un projet de franchise a des chances d’être viable. Il ne vous reste plus qu’à développer votre concept et à trouver des franchisés.

Quel est le principe d’une franchise ?

Quel est le principe d'une franchise ?

La franchise engage deux partis : le franchiseur et les franchisés.

Les deux travaillent à développer la même marque, les mêmes produits ou les mêmes services. Le franchiseur reste toutefois celui à l’origine de l’activité tandis que les franchisés vont l’aider à le développer davantage.

Un contrat de franchise est signé entre les deux. Ce dernier met en exergue tous les termes définissant le partenariat. Concrètement, ce document accorde aux franchisés le droit d’exploiter l’image de marque de l’entreprise pilote pour développer leur propre affaire. En contrepartie, les franchisés versent des redevances au franchiseur.

Quel rôle joue le franchiseur auprès de ses franchisés ?

Une entreprise qui décide de devenir franchiseur est une entreprise qui, au lieu d’ouvrir ses propres points de vente, contacte des entrepreneurs indépendants pour ouvrir des points de vente promouvant son image de marque.

Lire aussi pourquoi faut-il se développer à l’international

Autrement dit, le pilote fait appel à des entrepreneurs, physiques ou moraux, indépendants et leur propose  d’ouvrir leur propre point de vente, mais au sein duquel ils vont promouvoir les produits et/ou les services du franchiseur. Ce dernier leur accorde ainsi le droit d’exploiter son concept, mais sous certaines conditions.

Auprès de chaque franchisé, le franchiseur joue le rôle d’accompagnateur, de formateur et de conseiller. Pour que le nouveau magasin franchisé puisse réellement devenir une franchise, c’est à l’entreprise pilote de former le propriétaire du point de vente, de lui transmettre son savoir-faire et ses secrets de fabrication, de former le personnel et de l’aider à instaurer son image de marque. Il assiste le franchisé durant toute la durée du contrat, depuis la création du magasin et durant toute la durée de son exploitation.

Chaque fois que le franchiseur développe un nouveau produit/service au sein de son point de vente pilote, il a l’obligation d’en faire profiter ses franchisés.

Quelles obligations incombent aux franchisés ?

Pour honorer sa part du contrat, le franchisé doit respecter le concept du franchiseur comme il le définit dans son Manuel Opératoire ou sa bible. Ainsi, même si le point de vente proprement dit lui appartient, il doit y instaurer les couleurs de l’entreprise pilote, l’aménagement que celle-ci aura exigé, l’ambiance pour laquelle le franchiseur est connue et bien sûr y vendre les mêmes produits et les mêmes services que le franchiseur.

Notez que pour les produits et les services commercialisés, ce sera au franchisé de les développer dans ses propres locaux. Le franchiseur lui transmettra seulement le cahier de charge à respecter pour que les offres proposées restent exactement les mêmes que celles qu’il propose dans ses propres points de vente.

Cela signifie que le franchisé reste son propre gérant, mais qu’il doit seulement s’appuyer sur le modèle du franchiseur.

La franchise : comment ça fonctionne ?

La franchise repose sur ce qu’on appelle « signes de ralliement de la clientèle ». En des termes plus communs, cela signifie que le franchisé a l’autorisation d’utiliser des droits incorporels appartenant au franchiseur. Ce dernier peut lui concéder tout ou une partie de ces droits.

Dans la pratique, le franchiseur accepte d’encadrer le franchisé selon son propre modèle, mais en contrepartie des services rendus et des droits acquis, le franchisé doit verser un droit d’entrée et des royalties.

A combien s’élèvent les redevances dues par le franchisé ?

Le franchisé doit verser deux types de frais au franchiseur : le droit d’entrée et les redevances d’exploitation.

A lire – Devenir franchise : les différentes sommes à payer

  • Le droit d’entrée :

Le droit d’entrée, également appelé « redevance initiale forfaitaire ou RIF » n’est versé qu’une seule fois. C’est une sorte de rémunération versée à l’entreprise pilote pour ses investissements dans le projet. Il s’agit des formations octroyées, de la transmission du savoir-faire, de l’encadrement durant l’exploitation du point de vente, des conseils fournis, de l’emprunt de l’image de marque, du financement des prestations nécessaires pour le démarrage du nouveau point de vente franchisé, de l’exclusivité accordée au franchisé par le franchiseur …

La participation de l’entreprise pilote dans la création et le développement de l’enseigne franchisée peut prendre diverses formes et varie d’un contrat à l’autre. C’est pour cela qu’il est difficile d’estimer le montant du droit d’entrée. Avant de signer le contrat, le franchisé est en droit de demander des détails sur la contribution du franchiseur et donc des détails sur la somme demandée.

  • La redevance d’exploitation :

La redevance d’exploitation, quant à elle, est une somme que le franchisé verse tous les mois au franchiseur. Ces frais sont également appelés « royalties ». C’est la rémunération que le franchisé verse en contrepartie de l’utilisation de la marque du pilote, de son assistance, des formations qu’il peut donner en cours d’exploitation et de l’animation du réseau. Selon les contrats, les royalties peuvent également inclure la redevance informatique, la redevance de publicité …

Dans la plupart des cas, la redevance est calculée en fonction des bénéfices réalisés par l’enseigne.

Quels sont les avantages de la franchise ?

La franchise procure de multiples avantages que ce soit pour le franchiseur ou pour le franchisé.

A lire – Quels sont les avantages de la franchise ?

Pour le franchiseur

C’est un moyen pour :

  • Améliorer sa visibilité à moindre coût :

Il faut comprendre que dans une enseigne franchisée, c’est à l’entrepreneur indépendant de régler le loyer des locaux occupés et les frais inhérents, le salaire des employés, l’achat des matériels et équipements nécessaires, l’aménagement des locaux … Pour l’entreprise pilote, c’est un bon investissement puisqu’en plus d’avoir un nouveau point de vente qui promeut son image de marque, elle touche un droit d’entrée substantiel alors que sa principale contribution reste immatérielle (savoir-faire, concept, formation, conseils …).

  • Bénéficier de prix plus attractifs auprès des fournisseurs :

Dans une franchise, il arrive que l’entreprise pilote impose aux franchisés une liste de fournisseurs précis. Cela signifie qu’ils ne pourront pas se fournir ailleurs. Pour le franchiseur, c’est une force de frappe majeure qui lui permet de négocier les prix avec ses fournisseurs. Notez que tout comme chaque enseigne franchisée, l’entreprise pilote continue toujours de gérer ses propres points de vente et qu’il lui faudra toujours trouver des matières premières pour sa propre production.

  • Améliorer globalement son image de marque :

Grâce aux retours d’expérience des franchisés, le franchiseur peut constamment améliorer son concept et son image de marque.

Pour les franchisés

Ce modèle économique est un excellent moyen pour :

  • Se lancer dans une activité qui cartonne déjà :

Lorsqu’un entrepreneur décide de se lancer seul dans une activité existante, mais dans laquelle il n’a pas encore fait ses preuves, le retour sur investissement peut mettre plusieurs années à venir. Il lui faudra encore développer sa notoriété ce qui n’est pas chose aisée surtout lorsque la concurrence sur le secteur est rude.

Avec l’appui d’un franchiseur, il se lance dans une activité qui a déjà sa notoriété et sa clientèle propre. Le retour sur investissement est donc plus rapide et l’entrepreneur n’a pas à craindre d’essuyer un échec, sauf faute grave de sa part.

  • Bénéficier de l’exclusivité d’exploitation sur un territoire précis :

Il est rare qu’un franchiseur installe plus d’un franchisé dans une zone donnée. Normalement, chaque franchisé doit régner sur son propre territoire et c’est une bonne chose puisque les clients affluent facilement.

  • Avoir sa propre affaire tout en bénéficiant du savoir-faire de l’entreprise pilote :

Une entreprise franchisée reste son propre propriétaire. C’est seulement le concept qu’elle emprunte à l’entreprise pilote. Cela signifie que le franchisé reste indépendant tout en bénéficiant des infrastructures et du savoir-faire d’une grande structure. Ce sont des infrastructures essentielles pour développer l’affaire, mais que le franchisé n’aurait pas les moyens de financer en travaillant en solo. Il s’agit notamment du centre d’appels, du site internet, des outils de gestion, des campagnes publicitaires d’envergure …

  • Bénéficier d’un accompagnement sur-mesure et continu :

Le franchiseur accompagne le franchisé durant toute la durée d’exploitation. Il se charge, par exemple, de la formation initiale, mais aussi des formations continues dont la nouvelle enseigne pourrait avoir besoin en cours de route. Il se charge également de l’assistance technique, logistique, de l’animation du réseau … En gros, dès que le franchisé a quelques difficultés, il peut faire appel à son pilote pour venir l’y aider. Le nouveau point de vente travaille ainsi seul, mais peut compter sur le pilote en cas de besoin.

En Europe, la France est aujourd’hui leader en matière de franchise. Le partenariat souscrit avec les entreprises franchisées peuvent prendre diverses formes, mais il reste un système gagnant-gagnant pour les deux partis.

Related posts

Leave a Comment