Ouvrir une entreprise franchisée avec un petit budget : est-ce possible ?

Evaluer ce contenu

Vous souhaitez ouvrir votre propre entreprise, mais vous avez un budget limité ? Pourquoi ne pas opter pour une entreprise franchisée ? Certes, vous allez utiliser le savoir-faire d’une autre enseigne, mais c’est le moyen le plus avantageux pour créer sa propre affaire avec un petit budget de départ. Il vous suffit de trouver un réseau proposant un concept prometteur et demandant un apport personnel raisonnable. Dans quel secteur pouvez-vous trouver ce genre de réseau ?

A combien s’élève l’apport personnel pour devenir franchisé ?

On ne va pas vous mentir, pour ouvrir une entreprise franchisée, vous avez besoin d’un fond financier. Le montant à utiliser peut néanmoins varier de plusieurs milliers d’euros en fonction du secteur dans lequel vous souhaitez vous lancer et du réseau qui vous intéresse.

En moyenne, l’investissement de départ peut aller de 19 000 euros à plus de 480 000 euros. Sur ces chiffres, l’apport personnel tourne autour de 30 %. Certains réseaux offrent même la possibilité d’intégrer leur système sans aucun apport personnel. C’est une aubaine vous diriez-vous, mais avant de signer le contrat, étudiez d’abord leur proposition.

Parmi les critères à analyser pour choisir une franchise, il y a le concept du franchiseur : en quoi consistent vraiment ses activités ? A-t-il déjà acquis une certaine notoriété auprès du public et des consommateurs ? Son concept a-t-il de l’avenir ? Investir dans ce concept dans la zone où vous vous trouvez est-il pertinent ? … On ne choisit pas un réseau tout simplement parce qu’il ne demande aucun apport. On le choisit plutôt parce qu’il propose un concept en vogue qui est sûr de rencontrer le succès dans votre zone d’implantation.

Il faut bien étudier le DIP (Document d’informations précontractuelles) au préalable et faire une étude de marché. Ce n’est pas parce que le concept est en vogue qu’il peut marcher dans votre zone d’implantation. Certaines zones sont plus propices à certaines activités que d’autres.

A lire – Franchise : d’où vient le concept ?

A part l’apport personnel, que doit-on payer d’autres ?

A part l’apport personnel, que doit-on payer d’autres ?

Comme on l’a souligné plus haut, le budget total pour devenir franchisé peut aller de 19 000 à  480 000 euros, voire plus. Sur ce chiffre, l’apport personnel tourne autour de 30 % (entre 5 700 à 144 000 euros). Que couvre les 70 % restants ?

Le reste de l’investissement servira à financer :

  • Le droit d’entrée ou redevance initiale forfaitaire (RIF)
  • L’investissement global pour lancer votre affaire (loyer, matériel, personnel, fond de roulement, matières premières …)

Puis au fur et à mesure de l’exploitation du concept, il faudra verser des royalties au franchiseur et ce, tous les mois.

A lire – Devenir franchise : les différentes sommes à payer

Il est important de noter que même si on ne vous demande pas d’apport personnel, vous devez quand même disposer d’un fond financier pour débuter. La raison est que les banques refusent généralement d’accorder un crédit à une personne sans apport personnel puisqu’elle représente un trop gros risque pour elles. Cela signifie que vous ne pourrez compter que sur vos propres économies pour assumer toutes les dépenses.

Dans quel devenir franchisé avec un petit budget ?

Globalement, tous les secteurs d’activités se composent de réseaux intéressants lorsqu’on a un budget limité. Néanmoins, il existe des domaines plus attrayants que d’autres. Parmi les secteurs conseillés, on peut citer :

  • Le secteur de l’alimentation :

C’est l’un des domaines d’activités les plus prisés par les entrepreneurs désireux de devenir franchisé. Il est vrai que l’alimentation est l’un des moteurs qui fait fonctionner le monde donc on se dit que forcément, on aura toujours des clients quel que soit le concept adopté. Attention toutefois à bien étudier votre marché, car si vous ouvrez une enseigne proposant du caviar et d’autres produits dans le luxe dans un quartier où les plus fortunés n’ont pas l’habitude de passer, vous ne risquez pas d’avoir beaucoup de clients.

Pour information supplémentaire, le secteur de l’alimentation animale prend aujourd’hui de l’envergure avec encore un nombre de concurrents assez restreint. Et dans ce domaine, il est plus facile de trouver des réseaux avec 0 apport personnel.

  • Le secteur de la beauté et de la remise en forme :

Le bien-être, la beauté, la détente et la remise en forme sont des domaines qui séduisent de plus en plus les consommateurs. Trouver un réseau influent, mais qui propose un apport personnel limité est possible surtout en matière de santé verte.

  • Le secteur de l’habitat :

On y trouve les spécialistes du confort à la maison et comme tout le monde veut un logement douillet, les clients ne manquent pas. Essayez seulement de trouver ce qui pourrait vraiment intéresser les habitués de votre quartier d’implantation avant de vous établir.

  • Le secteur des services aux entreprises :

Soutien aux TPE, agence conseil pour les chefs d’entreprise, services de ménage et de désinfection … de nombreux services peuvent être rendus aux professionnels. C’est, de plus, un domaine encore peu exploité et qui, pourtant, a un bel avenir devant lui. Pensez à faire un petit démarchage auprès des professionnels dans votre zone pour savoir de quoi ils auraient réellement besoin. C’est une première étape qui vous permet déjà de vous faire quelques clients.

Dans ces secteurs, on peut trouver des offres très intéressantes lorsqu’on a un petit budget, tout comme on peut tomber sur des offres exigeant un énorme investissement. Prenez donc le temps de chercher et n’oubliez pas de vérifier combien d’enseignes franchisées l’entreprise pilote dispose déjà dans votre zone d’implantation. Vous pourrez même en visiter quelques-unes pour vraiment voir comment cela fonctionne et si l’offre reste intéressante.

Et bien sûr, il existe d’autres secteurs dans lesquels vous pouvez investir. Tout dépend de votre budget et de l’activité que vous souhaitez faire.

Quelles solutions pour réduire son budget pour devenir franchisé ?

Quelles solutions pour réduire son budget pour devenir franchisé ?

Si vraiment, vous avez un budget très limité et que vous souhaitez quand même devenir franchisé, voici quelques techniques à connaître avant de vous lancer.

La location-gérance

Cette solution procure divers avantages :

  • Le franchisé n’a pas à acheter le fonds de commerce. Il doit le louer pendant une certaine durée et l’exploiter à ses risques et profits.
  • Le franchisé se voit confier un local déjà aménagé et se contente de le faire tourner en utilisant ses économies.
  • Le franchisé peut intégrer de puissants réseaux tels que McDonald’s avec un petit budget.

La location-gérance permet au franchisé de mettre en pratique ses talents d’entrepreneurs. Il dispose déjà des bases essentielles pour travailler dans les conditions réelles donc il ne lui reste plus qu’à faire fonctionner son commerce. Sur le moyen et long terme, il doit faire assez de profit pour mettre de l’argent de côté et acheter le fonds de commerce mis à sa disposition.

Lire aussi – Quels sont les avantages de la franchise ?

Tout dépend de ses capacités à faire fonctionner le commerce, à le gérer et à épargner. Une fois le contrat de location-gérance signé, il se retrouve seul aux commandes et dispose d’une durée prédéterminée pour faire ses preuves.

En effet, même si c’est un bon moyen pour devenir chef d’entreprise, une échéance doit être inscrite sur le contrat. Le franchisé peut s’engager à racheter le fonds de commerce à la fin de sa période d’essai ou jeter l’éponge. Il peut aussi demander un renouvellement de contrat, mais sachez que la location-gérance n’est pas faite pour durer dans le temps. Tôt ou tard, vous aurez à dresser le bilan et voir si maintenant, vous pouvez continuer tout en étant propriétaire des lieux ou s’il faut changer de carrière.

La franchise sans local

Savez-vous que certaines activités peuvent être exercées sans devoir louer une surface de vente physique ? On parle de franchise sans local.

L’avantage c’est que vous n’avez pas à dépenser un loyer mensuel ou des aménagements coûteux. L’apport personnel reste ainsi moindre, mais attention ! Pour que l’affaire puisse fructifier, vous devez disposer d’un budget communication important. En effet, puisque vous n’êtes pas visible physiquement, vous devez quand même faire parler de vous et vous faire connaître auprès de vos clients cibles.

Comment procéder ? Pensez au publipostage, aux affichages, au porte-à-porte, à une bonne visibilité sur le web grâce au SEO … Les démarches de prospection commerciale doivent aussi être renforcées. En gros, vous devez aller à la rencontre de vos clients potentiels et leur proposer un concept qui marche. Trouver le bon concept est le plus gros enjeu de la franchise sans local, car pour que vos clients consentent à vous écouter, vous devez leur proposer un service vraiment essentiel.

La franchise participative

Avec cette formule, le franchiseur devient votre associé, mais à titre minoritaire. Autrement dit, il apporte la partie du capital qui vous manque pour que vous puissiez démarrer votre affaire. Cette technique n’est toutefois pas sans contraintes puisqu’elle se base sur un pacte d’associés.

En tant qu’actionnaire majoritaire, vous restez chef de l’entreprise, mais le franchiseur, en tant qu’actionnaire (même minoritaire) a un droit de regard sur les décisions à prendre et bien sûr, il touche aussi des dividendes.

Lorsqu’on manque vraiment d’argent, c’est une solution intéressante, mais n’oubliez pas, le contrat ne dure qu’un certain temps. A échéance, le franchisé doit racheter les parts du franchiseur pour qu’il puisse enfin se lancer seul. Dès le début, les parts de chacun sont définis par le contrat ainsi que la durée du partenariat et les conditions de rachat des actions par le franchisé.

De nos jours, les franchiseurs proposant cette option sont rares, mais il en existe encore quelques-uns. Pourquoi rechignent-ils à le proposer ? Parce qu’il y a eu de nombreux cas où à échéance, les franchisés ont finalement refusé de racheter les actions du franchiseur. Par conséquent, si vous voulez vraiment l’adopter, engagez-vous à ne pas changer d’avis à la fin du contrat pour éviter les litiges.

Le financement participatif ou crowdfunding

Système très en vogue actuellement, le crowdfunding consiste à faire une levée de fonds auprès du public grâce à Internet. Autrement dit, on demande une petite participation financière auprès de ses followers pour créer son projet.

Il est possible de l’utiliser pour ouvrir une enseigne franchisée ou pour créer une start-up. Bien sûr, vous devez avoir un apport personnel et un crédit bancaire puisque vous ne pouvez pas prévoir à l’avance combien vous allez récolter sur le web. Le capital récolté servira seulement à compléter le capital de départ pour débuter ou pour financer certaines parties du projet non prises en charge par les banques.

Le crowdfunding a des avantages et des inconvénients :

  • Vous bénéficiez d’un capital complémentaire, mais le coût financier est très élevé avec un taux d’intérêt de 7 à 12%.
  • Vous n’avez aucune assurance quant au taux de participation du public. Ce qui est certain c’est que seules les personnes qui trouveront votre projet intéressant vont consentir à y participer.
  • Le crowdfunding peut vous permettre de financer le démarrage de votre projet puisque les banques sont plus réservées durant les six premiers mois. Elles attendent de voir l’évolution du projet pour consentir à octroyer un capital plus important.

Related posts

Leave a Comment